Qu’est ce que le CGR

Le Conseil Gabonais de la Résistance (CGR) est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le Décret du 16 août 1901. Elle est sans distinction de sexe, de religion et d’ethnies, constituée de gabonais et soutiens du Gabon sous une forme de coalition. Sa volonté est de voir s’imprimer les valeurs de démocratie, de liberté et des droits de l’Homme ainsi que le regain de la dignité du gabonais, en vue de bâtir un réel état de droit, une nouvelle république gabonaise prospère où règne la justice et la bonne gouvernance.

Le CGR reste avant tout, un instrument de défense populaire émanant du peuple . Il est chargé de veiller et de protéger les intérêts et le bien être du peuple gabonais en disposant d’une autonomie d’initiatives en cohérence avec les objectifs qu’il se fixe. Pour créer cet organe, il a été nécessaire de mettre en place un cadre adéquat pour mener des réflexions, élaborer des stratégies et conduire des activités permettant l’atteinte de ses objectifs. L’objectif principal est la construction d’une nouvelle république à travers l’alternance démocratique et le changement politique.

A court terme, l’objectif premier est la libération du Gabon sans laquelle une nouvelle république prospère ne peut être envisageable et pour lequel trois (3) étapes sont obligatoires, à savoir :

  • Libérer le Gabon à travers le respect des résultats des urnes, lors de l’élection présidentielle du 27 août 2016. La récupération de la victoire du peuple volée par l’usurpateur qui a décidé de confisquer le pouvoir par les armes et le sang en massacrant les gabonais en quête de liberté ;
  • Mettre en place un cadre de concertation où la vérité pourrait faire éclore la réconciliation entre gabonais ;
  • Construire ensemble la nouvelle république peut être amorcé efficacement.

Le Gabon dans ce nouveau contexte où le droit redeviendra l’un des supports de l’organisation étatique, sera appliqué et ouvrirait les portes à un libre fonctionnement des ses institutions et de manière indépendante. Cette nouvelle dimension de la république permettra en toute légalité de céder une place confortable à la bonne gouvernance et la justice sociale.

 

Partager